Développement personnel

Confidences sur ma reconversion professionnelle

OUI, l’heure est à nouveau aux confidences!!!

Dans mon planning éditorial, aujourd’hui, je devais vous parler de l’importance de définir précisément ses objectifs… Mais souvent quand je parle sur ce genre de thème, le syndrome de l’imposteur s’empare de moi et m’oblige à me justifier. Du coup, je vais le faire immédiatement (me justifier)… Car, après tout, cela devrait simplement vous convaincre que je ne suis pas une “imposteur”!!

Voici donc la preuve que ce sujet n’arrive pas là par hasard, comme un cheveu sur la soupe.

Si vous lisez régulièrement mon blog, vous savez que je n’ai pas toujours été couturière. Et si vous ne connaissez pas mon histoire, ce sont ces deux articles ici et ici qui en parlent le mieux !

Il y a quelques années, j’ai bénéficié d’une rupture conventionnelle de mon CDI de travailleur social après quelques années de difficultés professionnelles. (Encore merci à ma directrice!) J’avais subi mon mal-être professionnel pendant des années, en espérant qu’un jour, enfin, je me sentirais bien dans mon job… C’est plutôt l’effet inverse qui s’est produit!

Le problème, c’est que je suis partie, comme ça, sans savoir ce que j’allais faire après… Bienheureusement, la stabilité de mon cher et tendre m’a permis cette remise en question, mais tout de même, c’était franchement angoissant!

Déprime! Prêt! Feu! Partez!

Alors, me voilà, le premier jour de chômage à la maison avec pour seul programme : pleurer… Oui, je m’étais autorisée une semaine de grande déprime au fond de mon lit…

PoseMuse / Pixabay

À ma grande surprise, pleurer n’a duré qu’une journée! Bon, bon, bon!!! Je vous arrête tout de suite dans votre imagination, les jours suivants n’ont pas été joyeux… Je me suis trimballée un sac à dos chargé de culpabilité, de doutes , de peurs et d’affirmations négatives sur moi pendant quelques semaines.

Ce qui est sûr, c’est qu’au fond de moi, j’étais persuadée que quoique je fasse, je m’en sortirai… Et puis, c’est vrai aussi que j’ai appris au fur et à mesure de mes expériences que j’ai une grande capacité à rebondir  lorsque je touche le fond. (Rassurez-vous! Toucher le fond n’est pas mon lot quotidien!)

Chargement des batteries en cours

michaljamro / Pixabay

Donc après avoir pleuré un bon coup, j’ai entamé les démarches auprès du pôle emploi pour réaliser un bilan de compétences!!!

En attendant sa mise en place, j’ai décidé de ne surtout pas réfléchir sur mon avenir, car seule, la conclusion était toujours la même : « Ma pauvre Flo, tu n’es qu’une bonne à rien! ». Pour éviter ces remarques déplaisantes que je me faisais, j’ai eu la grande idée de faire travailler mes mains. J’ai demandé à ma maman chérie de passer une semaine avec moi pour coudre et tricoter.

À ce moment-là, j‘avais une soif de création !

Objectivement, en tricot je suis une bille… Mais, par contre, refaire de la couture après plusieurs années d’abstinence a été bien plus qu’un divertissement pour moi…J’ai découvert de l’enthousiasme et de l’énergie que je n’avais pas ressenti depuis trop longtemps!

Now: Confidences

Aux yeux des autres, je me suis mise à coudre juste pour le plaisir, mais dans ma tête, c’était l’ébullition : devenir couturière devenait obsessionnel. Mais qu’allaient penser les gens?? Pour de nombreuses personnes, la couture n’est pas un métier, c’est un loisir!!

En fait, à ce moment précis, j’ai réalisé que je désirai plus que tout être capable d’accomplir et réaliser des choses par mes mains. Dans ma tête, j’avais le sentiment que posséder un savoir-faire artisanal, était précisément ce qui me manquait depuis toujours! … Et toujours dans ma tête, je n’avais été faite que pour ce type de métier! Au fond de moi, je l’ai toujours su! Je suis une manuelle! 

ElisaRiva / Pixabay

Quand j’ai commencé mon bilan de compétences, je n’assumais pas du tout ce désir professionnel, vous l’aurez compris! J’ai donc laissé les trois premiers entretiens se dérouler en faisant comme si je n’avais aucune idée précise en tête. 

Mais en même temps, une colère (nécessaire) grandissait en moi : encore une fois je ne m’écoutais pas ! !

C’est décidé, je m’écoute!

À la suite de quoi, au quatrième entretien, j’ai tout déballé!!! Et à partir de là, toutes les démarches étaient uniquement orientées sur les métiers de la couture, les débouchées, les moyens d’y parvenir! La conseillère était une perle d’encouragement, sans préjugés, … de la bienveillance à l’état pur. 

Gargarisée par cette discussion dynamisante, je me suis attelée rapidement à une enquête précise. J’ai téléphoné à de nombreuses couturières pour leur demander si concrètement elles avaient suffisamment de travail pour vivre, comment se répartissent  leurs tâches , quelles étaient leurs formations, etc…

Ensuite, j’ai recherché une école préparant les adultes au CAP. J’ai dû farfouiller Internet, car il y en a peu en France, et pas super bien référencées.

Un matin, découragée après plusieurs recherches infructueuses sur internet, je tombe presque par hasard sur le site d’Espace Couture de Floirac (on appelle ça de la synchronie!!). Ma première réaction fut de… Pleurer ! (Oui, je suis vraiment une grande sensible ! 😉

Je viens de trouver mon école à un quart d’heure de chez moi. YOUHOU!!

Après quelques entretiens et démarches, c’était plié ! Dans quelques mois, je serai diplômée du C.A.P. couture floue, diplôme suffisant pour m’installer à mon compte.

Le rapport avec le prochain article

Et pourquoi ces confidences sur ma reconversion professionnelle quand le sujet de départ était la définition des objectifs?

Eh bien, en fait, j’ai récemment lu ce livre «Pouvoir illimité» d’Anthony Robbins, et j’ai réalisé que sur la partie “définir ses objectifs”, j’avais appliqué le contenu du livre sans en avoir conscience! Le problème, c’est que, comme à l’époque, j’ai subis tout ce qui m’arrivait, j’ai vraiment beaucoup ramé! Eh oui, comme je vous l’expliquerai bientôt de façon plus approfondie, le principe de ce bouquin repose avant tout sur la réflexion et l’anticipation (la pro-activité, quoi!)…

Maintenant, le fait de connaître ces étapes pour définir mes objectifs me fait gagner du temps dans mes projets actuels. 

 

Alors pour vous aider à ranger vos idées et définir précisément vos objectifs, mon prochain article traitera précisément de ce sujet: La définition des objectifs.

Alors à très vite pour de nouvelles confidences… 😉

Publicités
Partager l'article
  •   
  •  
  •  
  •  

Laisser un commentaire